Projects
La large bande est un service essentiel

Nunavut's growing digital divide

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes procède actuellement à un examen des télécommunications de base. Le résultat de cet examen pourrait avoir des répercussions importantes sur l’avenir des télécommunications au Nunavut et la NBDC participe activement à cet exercice. Voici ce que vous devriez savoir de cet examen, du travail mené par la NBDC et sur la façon de vous impliquer.

Qu’est-ce que le CRTC et qu’en est-il de cet examen ?

Le CRTC est un organisme public qui règlemente la radiodiffusion, la télédiffusion et les télécommunications au Canada. Le présent examen « examinera les services de télécommunication dont les Canadiens ont besoin pour participer de manière significative à l’économie numérique et le rôle du Conseil à s’assurer de la disponibilité de services de télécommunication de base abordables à tous les Canadiens. » Vous pouvez en apprendre davantage au sujet de cet examen en prenant connaissance de l’avis de consultation

La position de la NBDC en quelques mots

La large bande doit faire partie des services de base. Elle doit être dotée d’un financement à long terme qui permette un accès ouvert à des réseaux-dorsales à haute vitesse qui combinent fibre optique et connexions satellites à haut débit capables de fournir des services de télécommunications tant fixes que mobiles. En se concentrant sur les dorsales, tout le monde y gagne : résidents, entreprises, hameaux, organisations inuites, organismes à but non lucratif et gouvernements. Conscient qu’il existe bien d’autres défis entravant l’accès à la large bande et son utilisation au Nunavut, la NBDC revendique également du financement additionnel destiné aux :

  • familles à revenus modiques;
  • écoles, bibliothèques publiques et autres organisations phares des collectivités;
  • initiatives en littératie numérique.

Le sujet vous intéresse ? Obtenez une copie de la présentation complète de la NDBC

Comment vous impliquer ?

À l’automne, le CRTC lancera la phase 2 de l’examen au cours de laquelle, il interrogera les Canadiens au sujet des services qu’ils jugent essentiels pour leur permettre de participer pleinement à l’économie numérique aujourd’hui et à l’avenir. Il est important d’envoyer un message clair au CRTC et lui faire comprendre que le Nunavut a besoin d’un meilleur service à large bande. Au début de cette seconde phase, le CRTC mettra sur pied une campagne visant à recueillir des témoignages des Nunavummiuts et nous voudrons vous entendre.

Qu’est-ce que l’objectif du service de base (OSB) ?

L’OSB a été établi en 1999 et implique un ensemble de services qui doivent être accessibles à tous les Canadiens. La fourniture de l’OSB dans les régions où les couts de service sont élevés est subventionnée au moyen d’un fonds national auquel contribuent tous les grands fournisseurs de service. Actuellement, la définition de l’objectif du service de base ne parle que du service téléphonique, pas de la large bande. Le besoin d’élargir la définition de l’OSB pour y inclure la large bande représente l’une des principales questions qui feront l’objet de cet examen.

Comment la large bande a-t-elle été financée dans le Nord ?

Bien qu’issue d’une bonne intention à l’origine, l’approche qui prévaut actuellement se fonde sur les forces du marché et certains programmes ciblés du gouvernement. Ce type de déploiement de la large bande a desservi le Nunavut ainsi que de nombreuses collectivités rurales ou éloignées au Canada. Jetez un œil à l’accroissement de la fracture numérique entre le Nunavut et le reste du Canada : 

Download speed over time

Monthly data usage over time